Nos engagements pour l’Education

Joachim Son Forget, le candidat de La République En Marche ! pour la 6ème circonscription des Français de l’étranger Suisse – Liechtenstein, présente ses engagements sur l’éducation. (Voir la vidéo)

Joachim Son Forget, le candidat de La République En Marche ! pour la 6ème circonscription des Français de l’étranger Suisse – Liechtenstein, présente ses engagements sur l’Education.

L’enjeux de la Mobilité Sociale

Lettre ouverte sur l’Education

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, je veux partager avec vous nos propositions sur l’éducation. J’ai participé dès mes 20 ans et jusqu’à l’obtention de mon master de sciences cognitives, aux travaux du Pr Stanislas Dehaene qui ont permis de décrypter les mécanismes cérébraux d’apprentissage de la lecture, et ont contribué à confirmer la supériorité de la méthode syllabique sur la méthode globale.

Ces travaux ont influencé positivement le travail de l’institutrice Céline Alvarez. Parfois, progresser c’est savoir revenir à des notions solides et pragmatiques, qui ont fait leurs preuves, loin d’expérimentations dogmatiques trop vite étendues à l’ensemble du système éducatif.

C’est aussi offrir au plus grand nombre des méthodes pédagogiques innovantes comme par exemple l’enseignement dit Montessori dont l’efficacité a été scientifiquement prouvé et qui malheureusement n’est accessible qu’à quelques familles privilégiées.

Pendant mon doctorat à l’EPFL, j’ai pu apprécier le fait que la conscience de soi passe par des interactions multimodales avec les autres et le monde extérieur. Une formation des enseignants basée sur des preuves scientifiques et offrant des bases en neurosciences doit être encouragée afin qu’ils puissent mieux appréhender les mécanismes d’apprentissage de l’enfant. Le diagnostic précoce des enfants « dys » serait ainsi facilité, évitant des échecs scolaires et la culpabilisation systématique des parents.

En outre, les inégalités se creusent et le déterminisme social s’accroit. Certains enfants n’ont pas la chance d’être épaulés à la maison. Un accompagnement renforcé et un apprentissage individualisé par des enseignants expérimentés leur seront proposés. Le dédoublement des classes primaires et élémentaires des zones REP et REP+ dès la rentrée prochaine va dans ce sens.

Enfin, à l’étranger, nous connaissons l’importance du plurilinguisme qui dès le plus jeune âge développe les fonctions exécutives, donne une capacité d’abstraction, d’adaptation et d’ouverture plus grande. En tant que français, nous souhaitons préserver l’accès à l’éducation dans le système français et surtout à un enseignement de qualité dans la langue de Molière permettant de s’imprégner du roman national français.

L’ouverture et l’acquisition de ces repères ne sont donc pas incompatibles mais bien complémentaires. Progresser en n’oubliant pas d’où on vient. Connaître son pays en s’ouvrant vers l’Europe et vers le monde. C’est cet esprit de synthèse que je souhaite porter dans notre système éducatif pour offrir l’égalité des chances.

Joachim Son-Forget

Mesures locales

Témoignages

prochain_318-140722 Eve-Marie Koelher, directrice de l’école Germaine de Staël

Diagnostic global

La France dispose d’un des réseaux scolaires les plus développés au monde, avec 500 écoles et lycées dans 136 pays et 340 000 élèves dont 40% de Français. Mais ce réseau a un coût : les frais de scolarité ont augmenté de 60% entre 2008 et 2015, et face au nombre croissant de Français installés à l’étranger (+ 150 000 inscrits en 2016), les places manquent cruellement.

En Suisse, seuls 5 établissements sont homologués par l’Education Nationale ; en Suisse romande, l’Ecole française Lausanne-Valmont, seule école homologuée de la maternelle à la terminale, ne parvient pas à répondre à la demande des familles. Les épreuves du baccalauréat ne peuvent être passés en Suisse romande ce qui oblige les candidats à se déplacer en France voisine entrainant ainsi des coûts supplémentaires. Certains baccalauréats français (ES p.ex.) ne sont pas reconnus par toutes les universités suisses. D’autres structures sont à l’étroit ou menacées dans leur existence par des problématiques immobilières et logistiques. Certaines offres de classes de collège et lycée n’existent pas et contraignent les jeunes lycéens à partir en internat loin des parents ou à quitter le système français. D’autres familles ne sont pas suffisamment informées des spécificités linguistiques régionales à leur arrivée et doivent bénéficier d’une remise à niveau en langues, notamment en allemand ou en italien, pour permettre l’acceptation de leurs enfants dans le système scolaire suisse public.

A Zurich récemment, certains se sont inquiétés à juste titre de la menace sur l’enseignement du français dès le plus jeune âge au profit de l’anglais. Ce type de votation fait courir des risques à nos familles qui ont choisi de placer leurs enfants dans le système suisse et la question reviendra dans d’autres cantons, preuve en est l’exemple de la Thurgovie. Enfin, le soutien à l’enseignement du français par des bénévoles du réseau associatif doit être coordonné et renforcé grâce à l’arrivée de nouveaux acteurs issus de la communauté française de Suisse et du Liechtenstein.

Objectif : Donner la chance de bénéficier de l’enseignement français en Suisse ou d’une orientation éclairée vers le système suisse, selon le choix des parents et compte-tenu des spécificités locales.

Dans le cadre du programme porté par la majorité présidentielle et adapté au cas particulier de notre circonscription :

prochain_318-140722 Nous ouvrirons de nouvelles possibilités de financement

  • En Suisse et au Liechtenstein, où la pression immobilière renchérit le coût des projets jusqu’à les dissuader, nous étudierons la possibilité d’intéresser des partenaires privés au maintien et au développement des établissements existants.

prochain_318-140722 Nous redéfinirons les critères d’accès aux bourses scolaires afin que davantage de familles à revenus modestes et moyens puissent être éligibles.

prochain_318-140722 Nous encouragerons la création d’une plateforme numérique de soutien à l’enseignement du français, coordonnée par les différents acteurs associatifs, services de l’Etat, et établissements homologués en Suisse

  • Les partenariats avec les établissements suisses, quand ils sont possibles, ou entre établissements français homologués de Suisse, devront être développés. Un effort collectif de tous les acteurs associatifs doit être encouragé.

prochain_318-140722 Nous favoriserons et développement des projets bilingues ambitieux, permettant de proposer aux élèves l’option internationale du baccalauréat (OIB) parallèlement aux filières du baccalauréat français.  

prochain_318-140722 Nous travaillerons à une meilleure reconnaissance des diplômes français dans l’enseignement supérieur en Suisse.

  • Nous ferons œuvre de pédagogie auprès des autorités universitaires et des HES des cantons pour clarifier ce que représentent les baccalauréat S, ES ou L ou professionnels et développer des réexaminer le régime des équivalences. Nous encouragerons au développement de doubles diplômes co-habilités par des établissements suisses et français dans les filières universitaires, grandes écoles françaises et filières d’apprentissage.

Engagements nationaux pour l’Education

L’Education

Objectif 1 : Faire de la crèche un instrument de lutte contre les inégalités

Objectif 2 : Donner la priorité à l’apprentissage des fondamentaux « lire, écrire, compter » dans le pré-scolaire, en maternelle et au primaire.

Objectif 3 : Renforcer l’accompagnement et les dispositifs d’orientation au collège et au lycée.

Objectif 4 : Garantir à chaque jeune Français une insertion professionnelle réussie.

L’Apprentissage

Objectif 1 : Rendre l’apprentissage plus attractif pour les entreprises comme pour les jeunes.

prochain_318-140722 Nous rassemblerons les aides et subventions existantes dans une aide unique qui sera fonction de la taille de l’entreprise et du niveau de qualification de l’apprenti.

prochain_318-140722 Nous ferons converger les contrats d’alternance qui existent aujourd’hui en un contrat unique, souple, adapté à la demande des entreprises et des branches, sans borne supérieure d’âge.

prochain_318-140722 Nous affecterons la totalité de la taxe d’apprentissage au financement de l’apprentissage.

Objectif 2 : Faire de l’alternance le cœur de l’enseignement professionnel.

prochain_318-140722 Nous développerons l’alternance dans tous les lycées professionnels.

prochain_318-140722 Nous ouvrirons la possibilité de préparer des licences professionnelles sur trois ans et en alternance

prochain_318-140722 Nous rendrons publics les taux d’insertion professionnelle et le salaire à l’issue des formations en apprentissage

Voir la vidéo de présentation du programme d’Emmanuel Macron sur l’Education :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s